Avis sur le joystick Cyborg.V1




30€

Dans la catégorie « Vieux trucs obsolètes », je profite du fait que j’envisage d’acheter prochainement un nouveau joystick pour vous faire part de mon avis sur celui que je possède depuis environ 1 an et demi, le Cyborg.V1.

Je sais que même à l’époque où je l’avais acheté, c’était déjà pas le modèle de joystick le plus récent qu’on puisse trouver dans cette catégorie sur le marché. Je l’ai acheté pour remplacer « d’urgence » mon Logitech Attack 3, qui avait rendu l’âme subitement (probablement à cause de poils de chat qui se sont infiltrés sous le manche – merci Snowie!), et parce que je voulais finir un jeu (H.A.W.X. 2). J’ai donc pris ce que j’avais trouvé pour ce budget dans une célèbre enseigne d’informatique et culture aux couleurs rouges vives, qui n’est hélas plus des nôtres en France.

Comparé à ce fameux Logitech Attack 3 (mon premier joystick, qui me satisfaisait pleinement), le Cyborg.V1 manque cruellement de sensibilité au niveau de son bâton dans les « petits » mouvements: lorsque je déplace le manche par toutes petites pulsions, l’avion ne se déplace pas avant qu’un certain écart avec l’axe vertical ne soit atteint, ce qui influe sur la précision des angles d’attaque et la trajectoire de l’avion dans H.A.W.X. 1 et 2. Et les régalges de sensibilité n’y ont rien changé. Sur ce plan, le Logitech Attack 3 était irréprochable: il répondait au moindre effleurement.

Si les boutons sur le bout du manche du Cyborg sont ergonomiques, je trouve qu’il n’y en a pas assez pour tout ce que je veux faire, encore une fois par rapport au Logitech. Le Cyborg.V1 a 5 boutons sur le bout du manche + le champignon central (qui sert en général à piloter la caméra), une gâchette à l’arrière du manche, et la molette des gaz sur l’arrière de la base. Le Logitech, lui, en a 4 sur le bout du manche, la gâchette à l’arrière de ce dernier, et pas moins de 6 boutons sur sa base, ce qui fait au total 11 boutons! Le Cyborg fait un peu chiche à côté…

Je dirais que le seul avantage du Cyborg.V1 sur le Logitech Attack 3 est le fait que son manche peut se déplacer latéralement sur place (autour de l’axe Z vertical, pour les férus de méca), ce qui est pratique pour piloter les rudders (ailerons de queue, permettant de déplacer l’avion latéralement). Sur le Logitech, l’alternative la plus pratique serait de programmer les deux boutons latéraux du bout du manche pour ce faire, ce qui est satisfaisant.

Je me demande aussi à quoi sert cette LED bleue sur le bout du manche du Cyborg.V1 plus génante qu’utile pour ceux qui aiment dormir dans le noir leur PC allumé… cette LED est tellement puissante qu’elle éclaire toute ma pièce en bleu, ce qui m’oblige à envelopper le manche d’un étui noir opaque pour pouvoir sombrer dans les bras de Morphée! Bon, j’en tiens pas compte dans la note finale, parce que tout le monde n’est pas aussi sensible à ce genre de détail…

Pour ce qui est du design, certes, je trouve le Cyborg.V1 plus joli avec ses angles et son aspect « high tech », alors que le Logitech a une base plate est assez sommaire. Ce dernier offre par contre l’avantage d’avoir un sacré panel de gros boutons (tous programmables dans les jeux, bien sûr).

Bref, le Cyborg.V1 est un beau joystick avec un design un peu cache-misère je trouve. Mon prochain joystick sera probablement le Logitech Extreme 3D Pro S, qui ressemble beaucoup au Attack 3, mais qui est plus récent. Je n’hésiterai pas à vous livrer mes impressions dessus dès que possible. 🙂

Note: 2/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design
+ La molette des gaz bien foutue
– Le manque de sensibilité
– Le manque de boutons

Test de la Nexus 5 Bumper Case (coque officielle)




~35€
(frais de port inclus)


Après avoir testé (et pas aimé) la coque de Nexus 5 Spiegen Neo Hybrid, j’ai décidé de me laisser tenter par la coque officielle, vendue exclusivement sur le Google Play Store à 29,99€.

Malgré son prix (très) élevé par rapport à ce qui se fait chez la concurrence, je me suis dit que comme il s’agit d’un produit officiel, il fait office de valeur sûre. 😀

Et bien que dire… à part son design et ses fentes pour prises Jack et USB assez vastes pour laisser passer de gros câbles, je ne lui vois aucun autre atout. Pour le prix, je reste franchement sur ma faim.

Il s’agit bien d’une coque et non d’une « housse », elle n’est pas pliable! Insérer le téléphone dedans est d’une difficulté modérée. Je dirais que le plus important est de veiller qu’aucun objet qui puisse rayer le téléphone ne se soit glissé dans la housse avant de l’y insérer.

La pression sur les boutons du téléphone est clairement endurcie: il faut appuyer nettement plus fort! Le bout des ongles peut aider pour le bouton Power, moins pour les boutons de volume… 🙁

Comme mentionné dans de nombreuses vidéos Youtube, la coque permet de poser le Nexus 5 complètement à plat sur une surface. Mais ça ne le rend pas tellement plus pratique à utiliser, parce qu’il est plus glissant, en tout cas sur une surface en bois comme mon bureau dans les photos.

Le dos de cette coque est par ailleurs particulièrement sensible au gras: il suffit de l’effleurer avec un doigt pour y laisser ce qui s’apparente à une tâche de morve séchée qui reflète la lumière!


Pas pu faire mieux pour prendre en photo les tâches sur le dos de la coque…

Heureusement, il y a quand même un petit soulagement: on s’habitue vite à son utilisation, et me balader avec mon Nexus 5 dans sa coque ne m’a pas géné, ni en main, ni dans la poche, malgré ses mensurations et son poids en nette augmentation.

Avec la Spigen, j’avais constamment peur qu’il me glisse des doigts, car les parois de cette coque étaient vraiment très glissantes. Et comme elle est encore plus imposante que la Bumper Case, j’ai clairement eu l’impression qu’il est très facile de laisser le téléphone s’échapper des mains avec!

Comme la Spiegen, la Bumper Case isole l’écran à l’avant de tout contact avec une surface plane, mais à moindre mesure que la Spiegen, dont les bords sont plus épais. A voir comment cette coque résiste aux chocs avec le temps (je ne me livrerai pas à des essais volontaires ^^).


Nexus 5 dans sa Bumper Case à côté d’une Nintendo 3DS XL

Pour conclure cet avis, je dirais que la Bumper Case est une coque design et agréable à se trimbaler, mais ses nombreux défauts ne lui pardonnent pas son prix.

Pour les petits budgets, je conseillerais plutôt la Muzzano à 6,99€ sur Amazon. Je ne l’ai pas testée, mais elle est très prisée des membres du Forum Hardware, et j’avais l’équivalente pour mon Samsung Galaxy S2, que ma mère utilise toujours actuellement: c’est une housse qui n’a rien à envier à sa grande sœur au prix de luxe!

La Bumper Case pour Nexus 5 existe en quatre coloris: Noire, Jaune vif, Rouge vif, et la Grise, qui serait plutôt blanche…

PS: Désolé pour la qualité discutable de mes clichés, mais la luminosité de ma chambre est vraiment mauvaise à cause de ma lampe halogène qui m’a lâché, et qui est provisoirement remplacée par un lampadaire à 5 balles de chez Casto…

Note: 3/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design
+ N’est pas gênante en déplacement
– Le dos très salissant
– La résistance des boutons
– Le prix prohibitif

Avis sur le Google Nexus 5 : le smartphone du siècle!



349€ (16 Go) / 399€ (32 Go)

A l’approche des fêtes, j’ai tenu à vous faire un retour rapide sur mon nouveau smartphone, le Google Nexus 5 (version testée: 32 Go). Fruit d’un partenariat entre Google et le fabricant coréen LG, la gamme Nexus est ce qu’on qualifierait le mieux de « Google Phone » aujourd’hui, un smartphone équipé de la dernière version en date du système Android, dénué de toute surcouche fabricant, ce qui en fait un produit pour fans d’Android, souhaitant bénéficier avant les autres des mises à jour, permettant à Google, d’après leurs retours utilisateurs, de perfectionner son système.

Malgré son prix très compétitif, le Nexus 5 (et c’est la bonne surprise de la marque), n’en reste pas moins un smartphone ultra haut-de-gamme. Équipé d’un processeur quad core Snapdragon 800, de 2 Go de RAM, d’un écran True HD IPS+ et compatible 4G, le Nexus 5 est réactif au quart de tour, même dans les jeux qui ont fait souffrir mon Wiko Cink King.

Pour comparer le Nexus 5 à ce dernier, l’écran est nettement plus agréable et très bon pour la lecture, même de petit texte.


Nexus 5 vs Wiko Cink King

Le modem (Wifi, Bluetooth, GPS, 3G…) du Nexus 5 surpasse également celui du Wiko sur tous les plans: en Wifi, mon Nexus 5 capte 3 barres dans ma chambre, là où mon Wiko n’en capte qu’une. Très bonne surprise: le Nexus 5 est, à ce jour, le seul smartphone que j’ai eu qui est capable de streamer sans coupures en Wifi les chaînes radio Virgin Radio et RMC avec l’application TuneIn Radio Pro! 😀

En 3G, avec le même forfait, le Nexus 5 surfe bien plus vite que le Wiko, la faute à ce dernier ayant un capteur 3G qui appartient à une norme plus ancienne, le faisant plafonner à 14 Mbps.

En Bluetooth, mon Nexus 5 n’a aucun mal à se reconnecter à mon casque Bluetooth Philips SHB9001 vieillissant après le premier apparaiage et réagit à tous les boutons du casque (volume, téléphone…etc.), ce qui n’est pas toujours le cas du Wiko.

Le GPS du Nexus 5 est d’une réactivité et d’une précision impressionnantes, là où le Wiko pêche complètement (c’est son principal point faible, comme je l’avais évoqué dans cet article).

Pour ce qui est de l’appareil photo, j’ai remarqué qu’il est de bien meilleure qualité sur le Nexus 5 que sur le Wiko. Voici quelques photos (pas très parlantes, certes, mais c’est mieux que rien), avec flash celle de la Nintendo 3DS et sans flash pour les posters:



Wiko avec flash

Nexus 5 avec flash


Wiko sans flash

Nexus 5 sans flash

Pour ceux qui flippent à l’idée d’acheter un smartphone à 5 pouces, je vous rassure: la prise en main du smartphone est très aisée, même avec une seule main. En revanche, pour taper du texte, vous aurez besoin des deux, mais rien de rédhibitoire. Précision: la sensibilité de l’écran au toucher est bien supérieure à celle de mon Wiko Cink King.

Le design du téléphone est quant à lui excellent, malgré la subjectivité de cet avis: noir brillant comme un diamant de face, et un plastique reflétant une grande qualité à l’arrière, ce Nexus 5 est clairement un très beau smartphone, qui irait comme un gant avec un costard (pour les pros). 😉

Il est également très maniable, grâce à son poids plume de 130g et ses mensurations d’une finesse inouïe: 69,1 x 137,4 x 8,5 mm.


Il existe en deux couleurs: noir et blanc. Celle de ce test est évidemment la noire, mais le Nexus blanc aurait un plastique moins gomme à l’arrière et une différence entre deux types de plastiques qui se ferait sentir sur les contours du smartphone. Le Nexus 5 blanc a également la fente d’écoute à l’avant blanche. Personnellement j’ai trouvé que ça faisait tâche, d’où le fait que j’ai choisi le noir. Mais certains aimeront…

Je n’ai pas encore testé la vidéo, mais la qualité de la voix est vraiment très bonne malgré la petite taille de la fente d’écoute, bien supérieure à celle du Wiko où on a l’impression que notre interlocuteur parle dans un verre comme Bourvil dans Le Corniaud (voix testée chez l’opérateur Sosh).

J’aimerais dire un petit mot sur les défauts du Nexus 5 qui ont été signalés par les premiers acheteurs et qui ont fait le tour de la toile:

– A commencer par les hauts-parleurs peu audibles: Que nenni. Pour ma part, ayant habituellement du mal à entendre mon téléphone sonner, je mets des sonneries habituellement aigues. Aucun problème avec ça. Cela pourrait être justifié par le fait que je fais partie des acheteurs de la deuxième vague de téléphones (juste après la pénuerie des premiers jours), qui apparemment bénéficierait de meilleurs hauts-parleurs que les Nexus 5 de la première:


Source de l’image: Journal Du Geek

– Ensuite, la lenteur du stabilisateur optique de l’application de prise de photos. Là par contre, c’est un problème que j’ai pu confirmer… avant la mise à jour 4.4.2 du système, déployée par Google en début de semaine.

Enfin, si j’avais des choses négatives à dire sur ce Google Nexus 5, ce serait probablement la coque arrière très rapidement salissante car sensible au gras, l’épingle d’éjection de la trappe à carte SIM encore plus fine que celle d’un iPhone (mieux vaut ne pas l’égarer, car à ce jour je n’ai rien trouvé d’assez fin pour la substituer!), et la non interchangeabilité de la batterie.

Un problème qui n’en est pas vraiment un, car pour ma part, je trouve l’autonomie de ce Nexus 5 très correcte: une utilisation intensive pendant la journée (Wifi et Bluetooth allumés en permanence pour streaming audio) lui font tenir une quinzaine d’heures en consommant à peu près 80% de batterie, ce qui est, à ce jour, le record que je détiens, parmi mes anciens smartphones les iPhones 3G et 3GS, les Samsung Galaxy S2 et S3, et le Wiko Cink King. 😉

Bref, à ce jour, le Google Nexus 5 est un smartphone Android sans défaut majeur, mais aussi le moins cher des smartphones hauts-de-gamme du moment. En conclusion, ce serait une bêtise de s’en priver, si vous cherchez à acquérir un smartphone ces jours-ci!

Le Google Nexus 5 est disponible aux prix annoncés exclusivement sur le Google Play Store. Mais comme vous vous y attendez, la demande étant très grande, il faut actuellement compter 2 à 3 semaines pour se faire livrer, et les bumpers sont tous indisponibles au moment où j’écris ces lignes!

Si vous y tenez, vous pourrez toujours vous tourner vers une coque tierce, comme la Spigen Neo Hybrid testée ici, mais je trouve qu’avec une coque, la manipulation du smartphone devient moins aisée pour cette taille d’écran.

Enfin, sachez que vous pouvez toujours acquérir le Nexus 5 chez la plupart des cybermarchands français. Vous serez livrés plus vite, mais il vous reviendra 40 à 50€ plus cher!

Note: 5/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design
+ L’écran superbe
+ Les performances inégalées
+ La légèreté et la finesse
+ L’autonomie correcte
+ La qualité de voix et des photos
+ Le modem redoutable
+ Le prix
– La coque arrière sensible au gras (version noire)
– Le câble USB du chargeur un peu court
– L’épingle de la trappe SIM irremplaçable