[ALERTE] Google Workspace devient payant : comment migrer sur une adresse Gmail gratuite

Si vous possédez un domaine perso sur Internet (comme par exemple mondomaine.fr), vous n’êtes peut-être pas sans savoir qu’il est possible de gérer ses adresses emails dudit domaine chez Google / sous Gmail.

Par exemple, en faisant en sorte de pouvoir de se connecter via son adresse mail [email protected] à gmail.com et y gérer ses mails, avec toutes les fonctionnalités natives de Gmail (antispam confortable, options de tri efficaces…etc.), comme pour une adresse Gmail classique.

En effet, les afficionados du tech avaient certainement déniché les tutoriels et les encouragements de Google à passer son domaine sous Google Apps, horizon 2007, évidemment gratuitement et sans contrepartie, qui offrait une interface admin permettant de créer autant d’utilisateurs email que possible sous le même domaine ([email protected], [email protected], [email protected]…etc.). Pratique pour offrir des adresses mails « présentables » à toute la famille (ou à ses employés si on gère une petite entreprise, par exemple), dans une interface Gmail, le tout gratuitement ! Du moins pour l’instant…

Depuis, Google Apps est devenue progressivement G Suite, devenue payante, mais dont les early-accessers de Google Apps étaient restés sous la version Legacy, elle, restée gratuite, soi-disant « à titre exceptionnel ». La création de comptes était désormais limitée à 10 utilisateurs dans la version gratuite, ce qui a déjà commencé à faire grincer les dents.

Puis, G Suite est plus récemment devenue Google Workspace, intégrant désormais toutes les fonctionnalités (pas utiles à toute le monde, disons-le) de Google comme Google Duo, Google Drive, Google Docs…etc. Se voulant désormais exclusivement orientée aux professionnels, Google Workspace est devenue définitivement payante ce 1er juillet 2022, comme moult fois rappelé dans les mails occasionnels envoyés par Google à ce sujet (et que personne ne lit jamais !).

Les utilisateurs n’ayant pas enregistré de moyen de paiement dans leur console d’administration au 1er mai dernier ont dû voir leur accès – et celui de tous leurs comptes mails créés depuis leur administration – bloqués d’accès à Gmail !

Un véritable « braquage », sur la base d’une ambiguité

Payante, mais surtout… chère ! En effet, bien que cela n’ait, tout du moins de mon point de vue, jamais vraiment été clair, Google précisait que ce service serait facturé… « 5€ / mois par compte ». Ce qui peut paraître être un coût raisonnable, pourvu qu’un « compte » soit considéré comme étant « une interface d’administration par domaine » (donc « par admin »). Que nenni !

En fait, ce qui, toujours de mon point de vue en tout cas, n’a jamais été vraiment clair, c’est que Google va en fait facturer 5 € / mois par « utilisateur actif », c’est-à-dire… par adresse mail créée sur votre compte admin, pour chaque membre de votre famille ou pour chaque employé ! Et là, ça change tout : à moins que vous ne soyez une entreprise capable de financer ces coûts, avouons que c’est quand même très onéreux !

Les gestionnaires de comptes et domaines familiaux, se retrouvent, un peu à mon instar, « pris au piège » ; à moins de devoir payer plusieurs dizaines, voire centaines d’euros par mois, plus possible d’utiliser son adresse email !

Qu’à cela ne tienne, voici une technique pour se sortir de ce guet apens ! Dans ce tutoriel, nous allons « bricoler » une solution de sorte à :

  • Faire en sorte que son adresse mail [email protected] reste active, tout en transférant tous les mails reçus vers une adresse lambda gratuite (Gmail, Hotmail…). Une adresse Gmail est prise en exemple pour ce tuto, ce qui est recommandé comme service à ceux qui souhaitent conserver les services de Google et qui ne souhaitent pas « perdre leurs habitudes »
  • Tout en conservant ses données et en migrant ses mails déjà existants sur la nouvelle adresse
  • Faire en sorte qu’il demeure possible de répondre à un mail depuis l’adresse [email protected] au besoin
  • Désactiver / supprimer les comptes facturés sur Google Workspace, de sorte à ne rien avoir à payer

Note: Ces manipulations sont réservées à des utilisateurs un minimum avertis. Vous effectuez ces manipulations à vos propres risques. Je ne saurais être tenu responsable en cas de perte de données ou de problème technique quelconque à la suite de ce tutoriel !

Malheureusement, certaines de ces étapes seront à faire autant de fois que de comptes mail actifs avec votre domaine que vous voulez « sauver ». Cela peut donc être long, il faut s’armer de patience.

Etape 0 – Prérequis

Plusieurs prérequis sont nécessaires pour pouvoir suivre ce tutoriel :

  • Se créer une adresse Gmail (ou autre) : pour Gmail, suivre les étapes ici
  • S’assurer qu’on a suffisamment d’espace de stockage sur son adresse lambda pour y stocker tous les mails son compte domaine, avec une marge suffisante pour continuer à recevoir des mails
    • Pour savoir combien de stockage vous utilisez sur votre compte actuel, une fois sur Gmail, cliquez sur la roue crantée en haut à droite, et scrollez tout en bas :
  • Il convient toutefois de noter qu’il s’agit de l’espace de stockage total de votre compte Google, et non seulement celui des mails (Google Photos, Google Drive…etc.). Dans ce tuto, je ne me concentre que sur la migration des mails, mais si vous pensez vouloir migrer toutes les autres données (transférer vos photos Google Photos et vos document Google Drive) et / ou que vous pensez ne pas avoir assez de place, vous pouvez souscrire à un stockage payant Google One. Personnellement, je possède un abonnement à 100 € / an qui me permet de stocker 2 To au total pour tous ces usages.
  • Si vous n’en possédez pas déjà, il faudrait également souscrire à un plan d’hébergement mutualisé chez votre hébergeur de domaine qui permette de gérer un nombre suffisant d’adresses mail au nom de votre domaine, pour reprendre toutes les adresses actuellement gérées sous Google Workspace.
    • Par exemple, chez OVH, il vous en coûtera 3,59 € / mois pour 10 adresses mail, ou 7,19 € / mois pour 100 adresses. Ou chez Hostinger, réputé être un des meilleurs rapports qualité / prix en matière d’hébergeurs sur le marché mondial, 1,99 € / mois pour une adresse et 5,99 € / mois pour 100 adresses. Ce n’est certes pas gratuit, mais avouez que ça reste quand même bien plus raisonnable que les 5 € / mois pour chaque adresse chez Google Workspace, en plus de vous permettre d’héberger un site Internet à votre nom ! En ce qui me concerne, je possédais déjà un hébergement pour héberger… ce site-même que vous êtes en train de lire :D. Cela ne représente donc aucun surcoût pour moi.
    • Il serait théoriquement possible d’éviter ces coûts en hébergeant soi-même son serveur mail et en ayant ses propres records MX, mais c’est autrement plus technique et je ne vais pas entrer dans les détails ici.

Pour ma part, étant hébergé chez Hostinger, je vais me servir de leur interface pour exemple (note : je ne suis pas sponsorisé par Hostinger !).

Enfin, il est préférable d’effectuer cette procédure à des horaires où vous savez que vous ne recevez pas une tonne de nouveaux emails par minute (choisissez un dimanche midi ou tard en soirée, par exemple), afin d’être sûr de ne pas « oublier » de mails tous frais en chemin !

Etape 1 – Sauvegarder ses données

  1. Se connecter avec vos identifiants admin de votre domaine à Google Takeout
  2. Sur la page suivante, vous pouvez cocher tout ce qu’il est pertinent pour vous de décider de sauvegarder :

 

Sélectionnez toutes les données que vous souhaitez sauvegarder. A l’issue de la procédure, vous serez invité à télécharger un ZIP compilant toutes vos données, envoyé par mail. La génération du ZIP peut prendre du temps selon la volumétrie des données.

Vous pourrez dans un second temps réimporter ces données dans les services idoine du côté de votre compte Gmail gratuit (upload des photos sur Google Photos, des documents sur Google Docs…etc.). Ces actions sont manuelles et la procédure varie d’un service à l’autre. Pour ma part, je n’utilisais que les mails sur mon compte domaine, donc je ne vais pas approfondir.

Etape 2 – Créer son utilisateur mail chez son hébergeur

Cette étape consiste à créer son adresse email [email protected] chez son hébergeur lambda, Hostinger pour moi. C’est une étape, vous vous en doutez, essentielle pour continuer à exploiter sa boîte mail après que celle de Google Workspace soit désactivée ou supprimée.

NB : Pas d’inquiétude, que votre adresse existe « en parallèle » chez deux hébergeurs n’engendre en soi aucune perturbation. Le « switch » de l’une vers l’autre se fera à l’étape 4, au moment du changement d’enregistrements MX. D’ici-là, c’est votre compte sous Google Workspace qui continuera de recevoir vos mails.

  1. Chez Hostinger, on commence par se connecter à son compte sur https://www.hostinger.fr/cpanel-login (note : Hostinger est un peu « spécial », si vous vous êtes logué avec Google Quick Login, se loguer d’une manière classique avec l’email/mot de passe ne fonctionnera plus. Il faudra s’en tenir à Google Quick Login).
  2. Une fois connecté, il faut aller dans la formule de son hébergement et cliquer sur Gérer à côté du domaine concerné.
  3. Sur l’écran suivant, scrollez jusqu’à la section Emails et cliquez sur l’icône Comptes E-mail.

  4. Dans l’écran suivant, cliquez sur la ligne qui affiche le suffixe de votre adresse email souhaité, en général @mondomaine.com

  5. Cliquez ensuite sur Créez un compte email.
  6. Dans la pop-up qui apparaît, saisissez le préfixe de votre adresse email (le même que celui de l’adresse sur Google Workspace) et un mot de passe pour ce compte. Cliquez sur Créer.

Cela vous ramènera à l’écran de vos comptes mails chez l’hébergeur et ajoutera une ligne au tableau avec ce compte (pensez à afficher toutes les lignes via les paramètres d’affichage du tableau tout en bas si vous ne voyez pas votre compte, le tableau affiche par défaut X éléments par page).

Votre compte est maintenant créé chez Hostinger.

Etape 3 – [Facultatif] Mettre en place la redirection automatique de mails

Sur la même capture que celle de fin de l’étape précédente, vous voyez qu’il y a d’ores et déjà un bouton pour accéder au webmail de Hostinger avec ce compte. Normalement vous pouvez même envoyer des mails avec. Toutefois, ce compte ne recevra pour le moment aucun mail, c’est toujours Google Workspace qui les « attrape ». L’étape 4 ci-dessous consistera à changer cela.

Nous allons toutefois mettre en place une redirection de ce compte vers une adresse Gmail classique. Si vous cliquez sur les 3 boutons à côté de la ligne de votre compte, vous constaterez une option Créer des redirections. Cliquez dessus.

Dans la pop-up flottante, saisissez l’adresse email vers laquelle vous voulez que tous les mails soient automatiquement transférés.

Vous pouvez décocher Enregistrer des copies des e-mails transférés, cela évitera d’avoir des doublons sur le webmail Hostinger et d’occuper l’espace de stockage du webmail Hostinger « pour rien ». Comme vous voulez, mais je pense que ce n’est pas bien utile. Sauvegardez. 

Votre redirection automatique est déjà en place. A partir de maintenant, lorsque vous recevez un email sur le compte mail de Hostinger, il sera automatiquement redirigé vers votre adresse Gmail.

Cette étape était facultative si vous projetiez d’utiliser au final le webmail natif de Hostinger ou de votre hébergeur, accessible sur une adresse sous la forme mail.monhebergeur.com ou webmail.monhebergeur.com. Mais en général, à moins que vous n’utilisiez un client tiers comme Thunderbird, leur interface est assez peu pratique, leurs options assez sommaires, et surtout, leur filtre antispam n’est pas comparable avec celui de Gmail. Je ne vous les conseille donc pas.

Il ne reste plus qu’à faire en sorte que ce soit le serveur mail de votre hébergeur qui prenne le relais sur Google Workspace pour « attraper » les mails expédiés aux adresses mail de votre nom de domaine, ce qui fait l’objet de l’étape suivante.

Etape 4 – Changer les enregistrements MX de son domaine

C’est probablement une étape que vous aviez entreprise dans le sens inverse, lorsque vous avez paramétré votre compte Google Apps ou G Suite il y a de cela des années. Il est donc normal de ne pas se souvenir de ces étapes, ou de ne pas les connaître si un administrateur de l’époque l’avait fait pour vous.

Nous allons maintenant modifier les enregistrements MX de votre nom de domaine. Les enregistrements MX consistent, pour vulgariser, à indiquer aux DNS, des répertoires publics géants du web, à quel serveur il faut s’adresser pour qu’une adresse email avec votre nom de domaine en suffixe puisse recevoir les mails.

Chez Hostinger, retournez sur l’écran d’accueil de la gestion de votre nom de domaine, en cliquant, par exemple, sur la maisonnette à côté du titre de la page Comptes E-mail.

Cliquez de nouveau sur Gérer à côté de votre nom de domaine. Maintenant, vous allez scroller jusqu’à la section Avancé et cliquer sur Editeur de noms DNS.

Vous allez vous retrouver sur un écran qui fait peur :

Pas la peine de paniquer. Ces lignes en mandarin sont des entrées d’enregistrement DNS qui permettent aux internautes d’arriver sur votre site en étant guidés jusqu’aux serveurs de votre hébergeur.

Dans la barre de recherche au dessus des entrées CNAME telles qu’affichées dans la dernière capture, tapez tout simplement « MX« .

Vous possédez normalement ces valeurs : 

Source : https://support.google.com/a/answer/174125?hl=fr

Ce sont ces entrées qui font que c’est Google qui récupère vos mails. Commençons par « déprioriser » les entrées MX de Google, car si nous les supprimons bonnement et simplement, on prend le risque que plus aucun hébergeur ne capte vos mails jusqu’à la saisie des nouveaux enregistrements MX ainsi que le prochain rafraîchissement du DNS qui en tienne compte !

Pour ce faire, dans le même écran chez Hostinger, cliquez sur Modifier à côté de chacune des 5 entrées MX de Google et mettez 5 nombres de priorités strictement supérieurs à 10 (exemple : 15, 20, 20, 25 et 25). Enregistrez chaque entrée MX après chaque modification.

Nous allons maintenant saisir les valeurs propres à votre hébergeur. 

Pour ma part, je vais saisir celles de Hostinger. Si vous n’êtes pas hébergé chez Hostinger, ne saisissez pas les mêmes ! Celles-ci sont propres à chaque hébergeur !

Pour les connaître, en général, une simple recherche Google « MX mon hébergeur » vous guidera vers les bonnes références. Pour Ionos (ex-1&1), ce sont par exemple celles-ci : 

mx00.ionos.fr
mx01.ionos.fr
ou
mx00.1and1.fr
mx01.1and1.fr

Avec une particularité : si vous êtes client France, utiliser un MX d’un autre pays (comme ionos.com réservé aux clients américains) ne fonctionnera pas. Chaque hébergeur a sa petite politique, un peu de documentation risque de s’avérer nécessaire. 🙂 

Source : https://www.ionos.fr/assistance/email/depannage-mail-basicmail-business-basicmail/modifier-les-enregistrements-mx-pour-la-reception-demails-via-le-serveur-de-messagerie-ionos/

Voici donc les valeurs à saisir pour Hostinger : 

Source : https://support.hostinger.fr/fr/articles/1646293-comment-pointer-l-enregistrement-mx-vers-le-serveur-de-messagerie-hostinger

On le fait grâce à cette section de la page, au dessus de la barre de recherche :

Puis en cliquant sur Ajouter pour chaque nouvelle entrée.

Sauf que… on va faire une entorse au tuto de Hostinger et saisir dans un premier temps un TTL à 300 au lieu du classique 14400. Pourquoi ?

Le TTL est un temps en secondes de rafraîchissement des DNS. Nous allons le réduire à 5 minutes pour « accélérer » le premier rafraîchissement, sinon, il faudra attendre encore 4 heures (14 400 secondes) pour que la bascule se fasse. Pendant 4 heures, ce serait donc Google Workspace qui continuerait à recevoir vos mails.

Veillez bien à ce que la priorité des enregistrements de votre hébergeur soit numériquement inférieure à ceux de Google. A ce stade, attendez 5 minutes, puis faites un test en vous expédiant un mail. Si celui-ci tombe bien dans le webmail de votre hébergeur ou dans votre adresse Gmail vers laquelle la redirection est paramétrée, c’est que tout fonctionne ! Si non, attendez encore un peu et refaites un essai.

A ce stade, si cela ne fonctionne pas, vérifiez d’abord vos dossier Elements Supprimés et Spam sur l’email en bout de chaîne. Si vous n’avez rien dedans, vérifiez que votre adresse de destination ne transfère pas à son tour le mail vers une troisième adresse, voire vers celle du domaine elle-même, censée le lui faire parvenir (cela déclencherait une boucle infinie, je me suis fait moi-même avoir, et dans ce cas, d’expérience et sauf erreur, le mail n’est reçu nulle part).

Si vous n’arrivez toujours pas à vous en sortir, le mieux serait à ce stade de contacter le support technique de votre hébergeur et lui demander de l’aide ! Sans énième flatterie, celui de Hostinger par chat est en général efficace.

Enfin, une fois que tout fonctionne, supprimez les enregistrements MX relatifs à Google, précédemment dépriorisés, avec le bouton Supprimer sur chacune des lignes concernées et remettez le TTL des lignes de votre hébergeur à 14400 (ou toute valeur recommandée par ce dernier) pour éviter une surconsommation de performances inutile.

A ce stade, vous pouvez continuer à expédier des mails avec Google Workspace, mais pas à en recevoir ; pour ça, c’est désormais le webmail de votre hébergeur qui prend le relais.

Etape 5 – Migrer les mails existants vers la nouvelle adresse avec Thunderbird

C’est le moyen le plus facile que j’aie trouvé pour migrer une partie des mails sur mon compte Google Workspace à mon adresse Gmail.

Pour cela, il nous faudra :

  • Thunderbird, le fameux client mail de Mozilla
  • L’extension facultative Search Button, pour remplacer l’outil de recherche de mails natif de Thunderbird (qui est tout bonnement inutilisable !), accessible en un bouton
  • L’extension facultative ImportExportTools NG, pour importer/exporter les mails sous la forme de fichiers de type .mbox

Pour cela, nous allons paramétrer sous Thunderbird les deux comptes en IMAP, celui de votre adresse de domaine Google Workspace (même si elle ne reçoit désormais elle-même plus de mails) et celle de votre adresse vers laquelle vous souhaitez migrer les mails (en l’occurrence, une adresse Gmail).

Vous pouvez suivre ce tutoriel pour ce faire : https://support.mozilla.org/fr/kb/thunderbird-et-gmail#w_configuration-de-votre-compte-gmail

Note : Gmail pourrait vous donner du fil à retordre si l’authentification à double-facteur (très ch*nte malgré sa plus value niveau sécurité !) est activée. Dans ce cas, il est possible qu’il faille créer un mot de passe spécifique pour l’application Thunderbird, voire activer les applications « moins sûres » sur son compte Gmail : 

https://support.google.com/mail/answer/185833?hl=fr

https://support.google.com/accounts/answer/6010255?hl=fr#zippy=%2Csi-le-param%C3%A8tre-acc%C3%A8s-aux-applications-moins-s%C3%A9curis%C3%A9es-est-activ%C3%A9-pour-votre-compte

Aussi, assurez-vous dans vos paramètres Gmail que vous autorisez l’IMAP, dans la roue crantée en haut à droite, puis dans Transfert POP/IMAP et enfin dans Accès IMAP :

Une fois vos deux adresses présentes dans Thunderbird en IMAP, vous pouvez à loisir copier-coller les mails d’un dossier à l’autre en jonglant avec l’outil de recherche de Search Button. Il permet de rechercher des mails selon certains critères et d’utiliser le bouton Move To comme indiqué dans la capture ci-dessous, pour les déplacer massivement vers le dossier de votre choix dans le compte IMAP de destination.

A savoir qu’en créant un dossier dans Thunderbird sur un compte IMAP, cela correspond, sur le webmail Gmail à un « libellé » et peut vous aider à retrouver vos anciens mails, bien classés, plus facilement.

L’application ImportExportTools NG, elle, vous permet tout simplement d’importer vos dossiers de mails exportés en étape 1 dans un fichier au format .mbox dans votre nouveau compte en quelques clics. Cela est pratique si vous avez créé une adresse Gmail vierge, notamment.

Etape 6 – Désactiver son abonnement Google Workspace pour arrêter les frais

Nous arrivons au bout, à l’objectif visé initialement ; résilier son abonnement à Google Workspace pour éviter les frais.

Une fois que cela sera fait, notez que votre compte Google de domaine (et donc son compte Gmail associé) ne seront plus accessibles lorsque vous tenterez de vous y connecter (à ce stade, cela ne supprimera pas vos données pour autant – cependant, je ne sais pas si elles y resteront indéfiniment, soyez vigilants niveau sauvegarde, donc).

Pour ce faire, rendez-vous dans votre console admin sur https://admin.google.com/

Allez ensuite dans Billing > Subscriptions > Cancel Subscriptions comme indiqué ci-dessous : 

Dorénavant, lorsque les comptes concernés essaieront de se connecter, ils auront ce message :

Qu’à cela ne tienne, si vous avez bien suivi les étapes de ce tuto, l’alternative gratuite est en place et vos mails sont désormais traités par les serveurs de votre hébergeur et redirigés vers votre adresse Gmail gratuite. 😉 

Etape 7 – [Facultatif] Supprimer son compte Google Workspace

Vous pouvez également, si vous avez correctement sauvegardé TOUTES vos données des différentes applications Google Workspace (Google Drive, Gmail…etc.) et à vos risques et périls, carrément supprimer votre compte.

Contrairement à l’étape 6, cela aura pour effet de détruire votre compte et toutes ses données de manière irréversible.

Pour ce faire :

  1. Loguez-vous à la console admin dans Google : https://admin.google.com/
  2. Retournez dans Billing > Subscriptions et cliquez sur delete your account

Lisez bien les conséquences sur l’étape suivante et confirmez votre intention en cliquant à nouveau sur DELETE ACCOUNT.

A ce stade, même votre console d’admin ne sera plus accessible. Votre compte Google Workspace, ainsi que tous ses utilisateurs et leurs données respectives seront définitivement supprimé(e)s.

Conclusion

Félicitations ! En suivant ce tutoriel, vous avez « déménagé » votre compte Google Workspace sur un compte Gmail gratuit, tout en conservant votre adresse email personnalisée active, à bien moindres frais.

Le seul inconvénient de cette méthode est que dorénavant, lorsque vous répondez à un mail, c’est votre adresse Gmail qui servira d’adresse visible par votre correspondant, ce qui peut poser problème, en répondant au SAV d’Amazon, par exemple, qui n’accepte que les mails de l’adresse avec laquelle il correspond.

Dans ce cas, il est possible occasionnellement d’exploiter le webmail de votre hébergeur pour répondre depuis l’adresse habituelle. Un peu plus galère, mais avec tellement d’économies à faire, le tant d’espérer (ou pas…) que Google fasse machine arrière sur cette surfacturation injustifiée de Google Workspace. 🙂 

How much can Instagram actually be a cancer!

Most would say Instagram is a leader and a non-workaroundable spearhead on the social media market. Indeed, most of my friends – regardless of how little I actually have – do use it actively and keep on posting contents there despite heavier and heavier rising competition.

But is Instagram actually a valuable ally when it comes to share your passion on the Internet? Most would probably say yes. Well, in this article, I’m going to show you in fact how much Instagram can actually be a real pain in the ass when it comes to such purposes.

Let’s not lie to each other, I’m not THAT MUCH experienced at posting contents on social media, except to promote this blog’s articles occasionally or to comment some posts that really got me angry or enthusiastic!

But I’ve decided a few years ago to give it a shot at artificial online popularity by promoting contents about my most favorite passion: traveling. Hence, I’ve opened a « professional » – yet free of use – account on Instagram besides my usual personal one, to promote contents as a « travel blog » as they call the category.

And this is where it really started to get painful. Again, I’m no expert at posting on Instagram, but from what I used to see from other people, I at least expected there to be more of these basic and necessary features that I actually realized Instagram doesn’t have…

For instance, although this appears to have been simplified these last couple of months (took them a while!), Instagram really had trouble, until recently, dealing with stretched pictures, or actually any kind of picture that isn’t just square (seriously, do square pictures even exist at all?); if you tried to post a panorama for instance, the app would just zoom in to a portion of the picture when you prepare it for posting, and even should you use your fingers to zoom it out again, instead of just doing it, the app will zoom it back in as it had initially decided to!

At first, the bottom left button which allows you to resize the picture to its full width did not exist, hence it was too difficult to post an entire panorama

In order to work this around, what users usually do is what we call a no-crop; the picture would be transformed into a square picture with blurry edges, usually duplicating and zooming what’s inside the edges of the picture but with a blur. Looks fancy and effective, but it’s just unbelievable that Instagram actually didn’t do this natively (and still doesn’t – although it makes less sense now).

No-crop effect helps compensate the weakness in Instagram that doesn’t handle wide pictures

To make a no-crop you would to use third party Android apps such as Square Pic, but these apps usually suck because they contain countless ads that make their experience a nightmare! Furthermore, to my knowledge, none of these apps process pictures by batches. Would you believe that we’re still that far from modernity in 2021??

What’s more is that I wouldn’t even tell you about how much Instagram can be a cancer when it comes to posting videos on the platform: not that the app contains absolutely no – useful – feature to edit a video in a fancy enough way to promote it publicly, but it’s crappy limitations makes it almost impossible to upload anything…

I personally use a Windows software video editor called Filmora to fashion the video with a minimum of flexibility; it’s not a great software, it’s also much counter-intuitive and it’s not always easy to perform even the simplest actions with it, but it’s still the best tool of my arsenal so far.

Sort of a (huge) waste of time when you know that videos on social media have a certain number of standard best practices that should be rather easy to automate (and please, that should be built-in to those social media platforms!). It usually takes me hours to perform a… 1 minute video! Why 1 minute?

Because indeed, although we are in 2021, Instagram does not allow you to post any video beyond… 1 minute only! It’s like I’m selling you a car, but you’re not allowed to go further than 1 kilometer with it every time you want to use it. For a media-promoting social media, this can’t be serious, can it guys? Can it???

Wait, I’m not done: to make matters worse, I have to juggle between my smartphone and my computer in order to post the video on Instagram. Why is that? Well, because although we are in 2021, Instagram does not have an option to post anything from your PC, even on the website. On Instagram with a PC browser, you can view your feed but not post anything. Plain and simple. Isn’t that just stupid? Why in the world would they restrict that**??

There is indeed a possibility to use the mobile Instagram app on PC using the Phone Companion feature built-in on Windows, but the problem is seeking the files on the computer; as much as I remember, the app emulator doesn’t allow you to do that.

So, in order to workaround this limitation, I’ve installed BlueStacks; BlueStacks is an Android emulator that runs an Android environment as a virtual machine on your computer. It’s usually used by developers, but believe it or not, it can come in quite handy to post on Instagram from PCs; unlike Phone Companion, there’s a feature in BlueStacks allowing you to import files from Windows, which makes things a little less painful.

Using BlueStacks Android emulator is a good way to use Instagram on PC

On BlueStacks, I also use a few crappy pay apps to make my videos square for Instagram (by applying a no-crop effect on a video) as a last touch before I post them, and yet at this point, the problem I face 95% of the time, is this f…%$£¨¨^*µ annoying message:

The app just won’t post the video. It won’t tell you why of course, it just doesn’t. Period. Probably because I’m breaching another limitation without knowing, but if you lookup Instagram’s video limitations on the Internet, nothing is much detailed except the video should be a maximum of 1 minute long… good luck with finding something else!

Now, if you try to transfer the same video on your smartphone to try to post it from there (using the excellent Sweetch application – that I can really recommend for a bit of positiveness throughout this article, which allows you to open your Android* phone’s file system in-browser on your PC to drag-and-drop files to your phone’s storage very easily over the network), it just… wouldn’t appear in your library from within the app, so you can’t post it from there either.

Want any more complaints? Here are few very basic social media things that Instagram just doesn’t do for no valid reason:

  • Instagram doesn’t allow you to post on your feed the post of a friend. No really, it doesn’t.
  • If you tick other social media to post something there at the same time than on Instagram, it doesn’t post the media content directly on Twitter; it’ll just post a lame link bringing your Twitter audience to check up the content on Instagram (okay, thanks…)
Why doesn’t Instagram just copy the media on Twitter instead of this lame generic link post?
  • If you’ve already posted your set of pictures, you can’t edit your post to add one more afterwards (wow…)
  • The « post to Facebook » feature is buggy; it oftens logs you out without showing this status, hence your pictures are not posted to Facebook but the app doesn’t actually tell you. Also, it often asks you to reconnect manually to Facebook. Combined with Two-factors authentication activated, this can actually be quite a pain to go through.
  • Instagram also restricts what third party platforms allowing to post something on multiple social media in parallel do with it. For example, it doesn’t allow to post multiple pictures through these platforms (last time I tried with Hootsuite was in 2020, though).

Conlusion? To my taste, Instagram is a cancer to use! Which is why posting content on my @joalaworld account can seem so slow. Sorry for that, but as you can see, it’s not like I’m not trying hard enough!

Now the reason for which I’m posting this pamphlet of insults towards the social media is – well, of course, to let them know how much their user-experience sucks to my taste, although they will never read this article and even if they do they won’t ever care! – but also to request some help and guidelines on how you guys actually do it since you’re much better at this than I am!

A few tips and tricks from you wouldn’t hurt as to how to edit pictures and videos to be Instagram-compliant more easily and especially… be able to post them there! Do not hesitate to share your thoughts about this in the comments below, surely you can be of better help than Instagram themselves. 🙂

What about you? Have you been struggling as much as I do to post your content on Instagram? Let me know in the comments below.

(*) PS: Don’t ever ask me how to do any of these things on iOS. You basically can’t do anything with iOS, it’s too restrictive, at least to my taste, so I only gave up much earlier.

(**) Apparently it is now possible to post something on Instagram from PCs (yay, finally!), however, this didn’t prove to be any more helpful in regard to my problem with posting my video:

Thank you Instagram, but a few more technical details wouldn’t hurt!
Update 1 from 13th November 2021

I finally managed to find out what was my issue with the video: it appears Instagram doesn’t accept Full HD videos just yet: don’t make your video above resolution of 1280×720, equivalent to 720p.

Yet still, in this configuration, BlueStacks won’t accept it, but the website version of Instagram does post it. However, the website is still quite buggy: it won’t either post the caption, show the flags emoticons or allow you to use the « Location » feature; all these do not work!

Pourquoi il n’est que bon sens que d’interdire les enfants en classe supérieure dans les avions et les trains

Qui n’a (du moins lors de son célibat) jamais vécu cette mésaventure : vous payez un supplément sur votre billet de train ou d’avion, parfois pas des moindres, pour effectuer votre voyage en classe affaires ou première classe.

Un supplément avec un objectif simple : vous offrir un confort supérieur que vous n’auriez pas espéré en classe « normale » ou dite « économique », une logique simple, puisque vous payez plus cher.

Une fois confortablement installé, le pire que vous craigniez arrive : un passager / une passagère ou un couple débarque avec poussettes, bébés, enfants en bas âge et roulez jeunesse ; c’est le concerto de vuvuzellas assuré !

Et ce n’est certainement pas dans notre société éminemment individualiste que lesdits « parents » vont demander à leurs progénitures agitées de garder le calme et de bien se tenir… adieu confort et quiétude tant espérés, qui s’évaporent avec vos meilleurs espoirs.

A la fin de votre trajet de plusieurs heures, parfois même plusieurs dizaines, la coupe est pleine : vous avez la tête grosse comme une citrouille, n’avez ni pu dormir, ni vous concentrer sur votre travail, ni même jouir du service supplémentaire pour lequel vous aviez pourtant payé.

Quand bien même vous auriez eu le malheur de vous plaindre, vous vous seriez vu évidemment rétorquer le sempiternel « ce sont des enfants, on ne peut rien faire. » (qui est la traduction hypocrite de « mes enfants sont mon confort à moi, le vôtre, je m’en fiche. », ni plus ni moins).

Et encore : pour préserver votre appétit, je ne m’attarderai pas sur les problèmes d’hygiène sur lesquels certaines familles ne lésinent pas en cours de trajet !

Une solution simple, pour un petit pas de plus vers un monde meilleur !

Comme je n’ai jamais cessé de le dire, les nouveaux nés d’aujourd’hui sont le mal de la planète de demain ; alors que notre Terre est d’ores et déjà en excédent démographique et que les mesures écologiques d’aujourd’hui, ne consistant qu’à sacrifier progressivement le confort de chacun (moins de voitures, moins d’avions, moins de bains moussants, moins de viande et moins de PQ…), sont inadaptées et frustrantes, rien n’est fait pour dissuader l’être humain de procréer.

Afin de remédier à ce problème et de prendre une mesure écologique radicale mais savante, qui est de limiter la procréation au strict minimum, il est nécessaire de rendre la vie difficile aux « parents », tout comme elle l’est rendue aujourd’hui aux personnes non vaccinées du Covid avec le projet de pass sanitaire.

Parmi ces mesures, j’en propose une simple : interdire de réservation et d’accès les classe affaires et première classe aux personnes accompagnées d’enfants de moins de 13 ans (quitte à augmenter le prix de ces dernières pour faire appliquer la mesure).

Cette ségrégation des places contribuerait à une meilleur valorisation de ces classes et à de meilleures garanties quant à la valeur ajoutée qu’elles sont censées apporter (essentiellement confort et quiétude).

Car dans classe « affaires », il y a le mot « affaires » : en général, si on projette d’entreprendre des activités professionnelles pendant ses déplacements, c’est bel et bien cette classe que l’on sélectionnera. Et tout comme vous avez pu témoigner que la présence de vos rejetons n’est pas compatible avec votre activité professionnelle en télétravail, vous comprendrez aisément ce que peuvent ressentir vos voisins de train ou d’avion lésés par cette déconvenue.

Business is business, as usual. 🙂

Et vous ? N’êtes-vous pas d’accord avec le fait qu’il faille restreindre l’accès aux classes affaires et première aux seuls adultes calmes et matures ?

Cet article est paru en premier sur le blog Chartouni.fr