Avertissement: risque de brickage de Galaxy S2 avec certaines ROMs récentes (XXLQ5, XWLPM…)

Citation




Mise à jour du 05/10/2012: Il semblerait que ce problème ne concerne que l’utilisation de CWM avec le kernel d’origine ou CF-Root d’une ROM Android 4.0.4. En revanche, le risque semble ne pas exister si vous utilisez CWM avec un kernel custom de type Siyah kernel, ce qui explique que toutes les ROMs Custom sous Android 4.0.4 embarquent un kernel custom. Je vous invite toutefois à bien vérifier cette information avant d’effectuer votre flash, car pour rappel, vous êtes le seul responsable des dommages subis par votre appareil en cas de mauvaise manipulation.

Mise à jour du 12/07/2012: Les ROMs ZCLPL, XWLPM et MUGLD3 semblent être aussi concernées par ce problème. Plus d’info ici.

Pour faire suite au tuto ultra-complet de flashage du Galaxy S2, je tenais à vous transmettre un message qui se répand en ce moment concernant la ROM XXLQ5 pour Samsung Galaxy S2, ainsi que toutes les ROMs custom qui en sont dérivées.

En effet, cette ROM contenant la nouvelle mouture d’Android Ice Cream Sandwitch (4.0.4), semble être victime d’un gros bug au niveau de son kernel, pouvant résulter au brick immédiat de votre smartphone. Il est notamment déconseillé d’utiliser CWM avec cette ROM, s’il est installé!

Selon le site XDA-Developers, qui a mis un avertissement épinglé à ce sujet:

« Concernant la récente fuite de la ROM Samsung 4.0.4 pour le i9100, version XXLQ5, nous vous conseillons de ne pas flasher cette ROM, son kernel, ou toute ROM basée sur ce noyau à ce jour.

Ce noyau contient un bug de hard-brick [NDLR: risque de brickage définitif], qui est connu pour causer (actuellement) des dommages irréparables à l’appareil, résultant en un brickage du téléphone pour la plupart des utilisateurs.

Si vous avez déjà flashé ce kernel ou une ROM basée dessus, ne paniquez pas. Tout d’abord, ne pas utiliser le Recovery [NDLR: CWM] pour essayer de flasher quoi que ce soit. Ne pas faire de wipe ou quoi que ce soit comme formatage, ou comme flash depuis le Recovery! N’essayez pas de flasher d’autre kernel ou ROM! [NDLR: avec CWM]

Si vous souhaitez changer de ROM (s’il vous plaît le faire avec prudence et seulement si vous comprenez ce que vous faites), utilisez ODIN pour flasher un nouveau kernel, puis procédez comme d’habitude au flashage. Assurez-vous que le kernel flashé n’est pas affecté par le bogue.

À l’heure actuelle, nous croyons que les ROMs suivantes sont touchées par ce problème:

[ROM] [XXLQ5] [Juillet 07] CheckROM RevoHD ™ V7 (c’est vrai!)
[ROM] [ICS 4.0.4] [04/07] [XXLQ5] [Stock] [ODEXED] [DE-ODEXED] [ROOT BusyBox] par TugaPower
ROM Samsung XXLQ5 4.0.4 fuitée et tout ce qui utilise son kernel »

Message original en anglais sur le topic XDA concerné.

Sur le topic du Samsung Galaxy S2 du forum Hardware, leto3 confirme qu’il ne faut rien flasher avec CWM avec cette ROM.

ichiyo_nag​i, auteur du topic, a mis l’information en première page du topic et dit:

« Ouais pour la lq5, j’ai rajouté le message en première page.
Seul les kernel d’origine ou basés sur celui d’origine sont touchés par ce bug avec l’activation du mmc_erase.
Si vous utilisez un kernel 4.0.3 (siyah, cf-root, ou autres) aucun risque mais du coup la camera fonctionnera plus 😉 « 

ROM ICS XWLPD pour Samsung Galaxy S2



Flashage de cette ROM via Odin après wipe complet depuis CWM. Restauration des données des apps les plus importantes depuis Titanium Backup.
Verdict: Enfin une ROM sous Ice Cream Sandwitch pour Samsung Galaxy S2 qui soit (presque) complètement stable! Enfin! \o/
Passé la célébration de cet évènement exceptionnel, je vous explique ce qui va et ne va pas avec cette ROM.

Conformément à mon Protocole de test des ROMs Android, la ROM de Samsung a réussi presque un sans-faute sur les étapes 1 et 2 du parcours. A ceci près que l’app stock E-mail 4 intégrée présentait de sérieux problèmes de stabilité (sans même en restaurer les données avec Titanium). J’ai donc dû me contenter de l’app Gmail native, beaucoup moins ergonomique de mon point de vue.

Aucun problème non-plus à signaler du côté du rootage manuel avec le kernel CF-Root correspondant à la ROM (flashé avec Odin, lui aussi), à part la présence de cet affreux triangle jaune au démarrage du smartphone (que ça vous rassure, ça ne joue pas dans la note!). L’autonomie est forcément moins bonne qu’avec la ROM KK5 (modem KI4) sous Gingerbread, sacrée championne dans le domaine (je termine mes journées avec 30 à 40% de batterie contre 60 à 80 avec la KK5!). Mais là aussi je limite les dégâts dans la note, puisque le système est assez différent et que j’utilisais le kernel Siyah sous la ROM KK5 (ce qui rend les 2 ROMs plus vraiment comparables dans ce domaine).

Toujours question stabilité, si les redémarrages sont rares, ils sont tout de même présents! Il arrive donc que le smartphone redémarre sans raison particulière. Mais la véritable bête noire de cette ROM est son modem (partie du système qui gère les ondes): le module Wifi est très instable; il se désactive régulièrement alors que l’option Wifi reste active, et le cas échéant, l’actionner la fait planter (le bouton Wifi de la barre de notifications reste semi-éclairé comme s’il était enfoncé, et se fige!), mais cela ne réactive pas le Wifi pour autant. Il faut donc se résoudre à redémarrer Android pour la débloquer.

Ce problème arrive aussi à la sortie d’un mode avion: le Wifi se dit actif, mais ne l’est pas vraiment. Le Bluetooth perd en puissance, et devient même pénible d’utilisation avec un casque Bluetooth à La Défense (coupures très fréquentes, voire systématiques!).

Autre problème que je signale à part, parce que je ne sais pas si ça vient de mon opérateur ou du modem en soi: la data est extrêmement lente (64 Kbps avec SpeedTest!). Mais je pense plutôt à un problème avec mon opérateur, l’ayant rencontré avec ma précédente ROM également (ne compte pas non-plus dans la note, donc). Je migre bientôt chez Free Mobile, et vous livrerai mes impressions. 🙂

Une dernière chose: certains me diront que je peux changer aisément de modem (NDLR: il est possible d’installer un modem Gingerbread sur une ROM ICS! – je ne sais pas si c’est toujours vrai, donc prenez la nouvelle avec des pincettes (et je ne suis responsable de rien dans le cas contraire, hein? 😉 )!). Croyez vous… j’ai essayé de remettre mon modem KI4, mais bizarrement ça n’a rien changé! :O

En contrepartie, là où cette ROM LPD se distingue agréablement, c’est au niveau de ses performances. Rares sont les ROMs où j’ai rencontré une fluidité parfaite (sans overclock!) dans le défilement des icônes où des bureaux sous GOLEX (GO Launcher EX), critère qui fait pourtant une véritable hécatombe chez les ROMs ICS! La fluidité des jeux est également parfaite.

Pour conclure, Samsung a frisé la perfection avec cette ROM, mais dommage que son modem codé avec les pieds de mauvaise qualité et ses redémarrages intempestifs la fassent glisser du podium!

PS: J’aurais voulu inclure des captures d’écran, mais l’option de capture d’écran avec la combinaison de touches intégrée à Android a disparu avec cette ROM!

Note: 3/5

Avantages
Inconvénients
+ La stabilité et la fluidité records pour une ROM ICS
+ L’autonomie correcte
– L’app E-mail qui déconne
– Les redémarrages intempestifs
– La qualité exécrable du modem!

Voir aussi: Protocole de test des ROMs Android sur Chartouni.fr

HP Pré3: Pré…historique!



Voici le smartphone de HP qui, à l’époque où il était encore commercialisé, allait de pair avec la tablette HP TouchPad. Les deux appareils hébergent en effet le même système d’exploitation, webOS, fait maison par HP et dont le développement a été abandonné en août 2011, faisant disparaître les deux appareils du commerce. A l’instar de la HP TouchPad, le HP Pré3 ne se trouve aujourd’hui que sur les sites d’occasion, pour environ 125€ actuellement.


Le HP Pré3 dans toute sa splendeur

Voulant le tester avec une HP TouchPad, j’ai décidé de ranger au placard ma tablette et mon smartphone Android, et de passer une semaine exclusive avec le duo webOS. Ayant déjà rédigé un article sur la HP TouchPad, article qui ne mérite pour le moment aucune mise à jour, je vous livre à présent mes impressions (très tardives certes, mais « vieux motard que jamais » comme on dit! 😉 ) sur le smartphone de HP.


HP Pré3 de dos à côté de son emballage d’origine. Le médaillon HP permet la recharge par induction

Autant aller directement au but: contrairement à la TouchPad, qui peut peu ou prou remplacer ma Acer Iconia Tab (à court terme), je n’ai pas pu tenir la semaine avec le Pré3! Et pour cause: premièrement, ce Pré3 est victime d’une pauvreté en applications jusque-là jamais expérimentée. C’est presque la même chose sur la TouchPad, puisqu’elle embarque le même OS, mais deux arguments les partagent. Primo, la tablette s’avère être (du moins pour moi) beaucoup moins indispensable qu’un smartphone au quotidien. Autrement dit, quand on possède un smartphone, on se sert de sa tablette pour faire ce que le smartphone ne permet pas déjà. Du coup, la pauvreté en apps se fait beaucoup moins ressentir sur TouchPad que sur Pré3. Secundo, il est possible d’installer Android sur TouchPad pour contourner ce problème, ce qui n’est, à l’heure actuelle (et à mon très grand étonnement), pas possible sur Pré3. Et comme sur la TouchPad, le store officieux Preware ne comble guère les lacunes du store officiel. Ainsi, si on retrouve bien les classiques (et inutiles, NDLR) Facebook, Twitter, Foursquare…etc., on reste sur notre meurt de faim en matière de jeux, ou d’apps utiles au quotidien (suivi de colis, outils de conversion, Pulse, SoundHound – une alternative nommée SongID existe, mais est hors de prix! – WhatsApp, Tasker, app de ma banque, de mon opérateur mobile…etc.).

Si webOS est bien conçu et innovant ergonomiquement, avec son système de « cartes » disposées sur un bureau virtuel et une interface design, certains défauts le plombent sévèrement: il mélange les contacts Skype et téléphoniques, rendant parfois difficile d’appeler le bon numéro! Toujours au niveau de Skype, les notifications donnent envie de s’arracher les cheveux: en effet, lorsque vous chattez avec quelqu’un sur Skype, le smartphone émet un jingle (comme à la réception d’un SMS) à chaque fois qu’un message est échangé entre vous et votre contact! Et pour tout combler, cette option n’est pas désactivable (déjà que Skype lui-même est très énervant sur ce terrain, puisqu’il affiche sur tous les PC où le même pseudo Skype est enregistré, une notification par message échangé sur une conversation effectuée avec un autre PC, sans possibilité de désactiver l’option non-plus!). Pire encore: aucun patch Preware (add-on permettant de modifier webOS au niveau du système) pour ce faire n’existe. De quoi devenir fou! Par ailleurs, le navigateur web est lent et très peu exploitable, à cause de son manque de réactivité au toucher et la taille minuscule de l’écran du Pré3 (3,58 pouces)!

Un bon point à remarquer par rapport à mon Galaxy S2: la puissance du modem (partie du système qui s’occupe de tout ce qui est réception et émission d’ondes – Wifi, Bluetooth, 3G, GPS et cellulaire.). Miracle: j’ai réussi à traverser le Parvis de La Défense sans aucune saccade de son avec mon casque Bluetooth et le téléphone dans ma poche! Un rêve avec le Galaxy S2 ou mes anciens iPhone 3G et 3GS (probablement à cause du grand nombre d’ondes émises à La Défense). Revers de la médaille: le Bluetooth pompe gravement la batterie (des témoignages sur un forum me l’ont confirmé)! Celui-ci étant resté activé par mégarde, la batterie de mon Pré3 s’est une fois vidée… en 5 heures! De manière plus générale, ce smartphone a vraiment beaucoup de mal à tenir une journée entière loin du chargeur en utilisation normale (Wifi, Bluetooth et 3G de temps en temps, allumage régulier de l’écran…etc.). Ce problème est probablement imputable à sa batterie d’une capacité ridicule de 1230 mAh! Heureusement, une promotion en ce moment chez Amazon propose une très grosse batterie pour moins de 20€, mais celle-ci transforme le smartphone en véritable tank, le rendant lourd et incapable de se recharger par induction, à cause de sa coque non-équipée du médaillon! A propos de la recharge par induction, c’est peut-être le détail qui « séduit » avec ce téléphone: le logo HP aimanté au dos de celui-ci permet de le recharger par simple contact, en le posant sur un TouchStone (vendu séparément). Très pratique, et adapté à la petite autonomie du smartphone! 🙂


HP Pré3 posé sur le TouchStone

Enfin, de nombreux problèmes ou faiblesses matériel(le)s pénalisent davantage ce Pré3: mémoire interne inextensible de 8 Go, forme du téléphone peu pratique (très facile de le faire glisser des mains, même si ça ne m’est pas arrivé qu’il tombe au sol), impossibilité de s’en servir à plat sur une table, clavier pratique mais touches trop petites, appareil photo numérique exécrable malgré ses 5 Mpx (j’en doute un peu vu la qualité des clichés!), mais encore: son slot à carte SIM nécessite l’insertion d’un petit bout de papier derrière la carte, sans quoi la détection de la carte SIM saute régulièrement (fente trop large?). Enfin, la présence d’un miroir au dos du téléphone (une fois coulissé pour faire apparaître le clavier), me laisse penser que ce smartphone s’adresse avant tout à un public féminin (et non exigeant technologiquement 😉 ).

Bref, de mon point de vue, ce smartphone est clairement dépassé aujourd’hui, et semble destiné à une clientèle peu exigeante, qui cherche un smartphone facile d’utilisation et pour une utilisation ultra-basique, voire pour s’en servir comme téléphone portable tout bête, mais un peu plus design que les vieux Nokia « du temps des dinosaures »!

PS: GPS non-testé par manque de temps et d’occasions.

Note: 2/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design de webOS
+ Les touches du clavier agréables au toucher
+ La recharge par induction
– Les notifications harcelantes du client Skype
– La forme du téléphone
– L’appareil photo numérique de mauvaise qualité
– La mémoire inextensible de l’appareil
– L’autonomie rédhibitoire!