Comment font les assurances pour vous facturer des services dont vous n’avez pas besoin : le décryptage

6185332-assurances-la-grande-arnaque

Nombreux sont ceux dans mon entourage étant victimes de ce que nous qualifions tous d’arnaque aux assurances ; en France, il est légion de se retrouver à payer plein de services d’assurance dont nous n’avons que faire (assurance en double, situation dans laquelle nous ne pouvons pas nous retrouver…etc.).

Mais de quelles ruses jouent ces compagnies d’assurance pour nous pousser à nous retrouver dans cette situation ?
Ayant été victime de cette « escroquerie » récemment, voici l’explication.

J’ai souscrit en mai 2014 auprès de la MAAF à une assurance auto (obligatoire en France) tout risques. Lors de la souscription de mon contrat, ma conseillère m’a informé qu’à la MAAF, il n’est pas possible de souscrire à cette assurance sans souscrire à quelques formules de prévoyance à côté (à l’intérêt discutable comme vous pourrez le voir) :

  • Tranquillité famille – pour couvrir les tracas de la vie quotidienne subis par moi et ma famille… je suis célibataire (et pas trop casse-cou non-plus) – 54€/an
  • Perte de revenus – si je me fais virer, je peux toucher 30 balles au bout de 3 mois sans emploi (évidemment une somme ridicule 🙂 ) – 80€/an
  • Assurance décès – si je casse ma pipe, ma famille se voit verser dans les 15000€ (super… je suis jeune et en bonne santé, qu’est-ce que j’en ai à foutre ?) – 18€/an

Et tout ça pour couvrir son auto. 🙂

Le pack de ces trois assurances s’élève à 152€/an, ce qui est dérisoire par rapport au prix total du pack avec l’assurance auto dedans (dans les 1400€/an de mémoire).
De quoi « noyer » l’information aux yeux du client.

En France, normalement, une assurance ne se résilie qu’au terme de son « année de paiement » ; en effet, si vous avez souscrit en mai 2014, et que vous décidez en juin 2015 que vous n’en voulez plus, vous devez payer toute l’année qui vous reste entre mai 2015 et mai 2016 (ce qui fait une bagatelle).

Ayant reniflé l’arnaque, les élus de notre pays ont mis en place une loi appelée la Loi Hamon, qui permet à n’importe qui de résilier n’importe quand une assurance auto/habitation après sa première année. Dans le cas précédent, si la personne ne veut plus de son assurance en juin 2015, elle pourra mettre fin au contrat (et les paiements qui vont avec) en juillet 2015 (un mois de préavis).

C’est exactement ce que j’ai fait avec mon assurance auto pour payer moins cher chez un concurrent. Sauf que… la Loi Hamon ne concernant que l’assurance auto et habitation, les autres assurances de mon « pack » (les 3 assurances de prévoyance qui ne servent à rien) n’ont évidemment pas été résiliées automatiquement avec l’assurance auto. 🙁

Pourquoi je ne m’en aperçois qu’un an après ?
Eh bien… parce qu’en résiliant mon assurance auto (que j’ai peu ou prou payé d’avance), je possédais un crédit de quelques centaines d’euro à la MAAF, me permettant, pendant plusieurs mois, de couvrir ma cotisation de mon assurance habitation (qui est à 19€/mois).

Sauf que… ce que je n’ai pas vu venir, c’est que j’avais payé d’un coup les assurances prévoyance de l’année 2014-2015 avec mon assurance auto… mais je dois désormais les payer sur l’année 2015-2016, puisque je ne les ai pas résiliées. Vous comprenez ? 🙂
Moi aussi j’ai eu du mal…

En conséquence de quoi :
– Je passe à 40€/mois de côtisation entre mon assurance habitation (que je veux) et ces 3 assurances (que je ne veux pas).
– Je dois envoyer un LRAR à la MAAF pour demander explicitement la résiliation de ces 3 assurances, qui seront donc résiliées le 31/12/2016 (à condition que j’envoie le courrier avant le 31/10/2016).
– Comme je ne suis pas content de l’issue de ce litige, je vais aussi aller voir un concurrent qui résiliera pour moi l’assurance habitation auprès de la MAAF et m’en offrira une moins cher en échange. xD

Bref, vous connaissez la chanson… c’est la MAAFia
(La MAAF n’est citée qu’en exemple dans l’article, mais d’après les bruits qui courent, toutes les sociétés pratiquent plus ou moins intelligemment ce même type de ruse).

Et vous, avez-vous connu une expérience similaire avec votre assurance ? N’hésitez pas à partager ! 🙂

Cette article est paru en premier sur Chartouni.fr

Test d’Opera 37: le navigateur norvégien qui renait de ses cendres



Cela fait un moment maintenant qu’il n’avait plus fait parler de lui. Le célèbre navigateur norvégien, Opera, (modeste) concurrent de Firefox vers le début des années 2000. Battu à plate-couture par son concurrent au renard de feu panda roux, Opera renait de ses cendres et remplit l’actualité.

Tout d’abord, à travers son rachat par la Chine début 2016 (par le groupe Golden Brick Silk Road). Ensuite, à travers les innovations qu’il apporte (VPN gratuit et bloqueur de pubs intégré nativement).

Certes, tout ça c’est bien, mais à l’heure où tout le monde est passé à Chrome (ou presque), leader incontesté des navigateurs Internet, que vaut-il vraiment ? Je me suis retroussé les manches et l’ai (assez rapidement) testé.

Premier reproche : l’importation des favoris de Chrome, bien qu’elle soit proposée, n’est pas aussi pratique que lorsque je l’ai fait dans Firefox. Les favoris de ma barre de favoris ne se sont pas automatiquement incluses dans celles d’Opera. J’ai donc dû jouer à les glisser-déposer un à un et les renommer à la volée. Pas très pratique, mais pas très grave.

Ensuite, concernant ses promesses de navigation rapide, elle est partiellement tenue: certains sites se chargent effectivement plus vite (Cdiscount notamment et feed Facebook), d’autres pareil que Chrome (Chartouni.fr, RefundMyTicket.net, services Google…) et enfin d’autres, beaucoup plus long (TripAdvisor long à charger, page de login de Facebook qui met 10 secondes à s’afficher, et ça va jusqu’à Rue Du Commerce, où là le chargement va même jusqu’à paralyser le navigateur pendant plusieurs minutes !). Bref, pas au top sur cet aspect, Opera…

De plus, lorsqu’on refresh la page en plein chargement, voilà le résultat:

Le chargement de la page se bloque sur un contenu improprement chargé.

Autre remarque: alors que je rédige ces lignes (avec Opera, vous l’aurez deviné), l’écriture des lettres s’est soudainement mise à se reproduire à l’écran très en décalage et très lentement par rapport à la vitesse à la quelle je tape: Allez comprendre!

Et c’est là que je m’aperçois (bien que je ne sache pas si c’est lié) qu’Opera est le process le plus consommateur de mémoire sur ma machine, et que par moments il sollicite le processeur à 100%.

En outre, si la page d’accueil est plutôt agréable…

…elle ne pardonne pas ça:

Comme mentionné dans mon dernier article sur Firefox, Flash, c’est vraiment obsolète. Et ça n’a pas sa place dans un navigateur moderne!

Si je n’ai rien à redire vis-à-vis de l’absence de publicité, j’ai voulu tester la fonctionnalité du VPN, mais elle n’est pas encore disponible:

Encore une promesse non (encore) tenue?

Autre petit détail génant: si on ne clique pas bien au milieu des autres onglets (si on clique un peu trop vers le bord haut de l’écran, ce qu’on a souvent tendance à faire), l’onglet ne s’ouvre pas. Ca a l’air de rien, mais à la longue, c’est super agaçant!

Enfin, last but not least: dès le début de mes tests, il m’a fallu cliquer accidentellement sur des liens un peu douteux pour essuyer une rafale de pop-ups pas « propres » et d’alertes de la part de mon antivirus: mon PC s’est fait submergé de malwares! Une chose qui ne m’était pas arrivée depuis des années sous Chrome, car le navigateur bloque lui-même l’accès à ces liens potentiellement dangereux.

Heureusement, rien de bien grave, puisque je dispose sur mon PC d’un arsenal contre ce genre de menaces, mais quand même…

Au final, ça fait un peu léger la jolie interface cache misère…

Pour le moment, je reste donc sous Chrome.

Note: 1/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design assez sympa
+ La navigation sur certains sites plus rapide…
– …mais globalement plus lente que Chrome
– La difficulté à importer les favoris et à changer d’onglet
– La passoire à malwares
– L’absence du VPN dans la version actuelle
– Les problèmes de performances
– La dépendance à Flash, éliminatoire

Configuration:
– Windows 7
– Core 2 Quad Q8200
– 8 Go de RAM
– SSD Crucial
– Connexion Internet Orange fibre optique 500 Mbps (130+ Mbps down sur Speedtest)

Cet article est paru en premier sur Chartouni.fr

Firefox: ce navigateur à enterrer au plus profond, et tout de suite !



Les navigateurs Internet font pas mal l’actualité en ce moment. Entre Chrome qui détrône Internet Explorer comme leader incontesté du navigateur le plus utilisé et Opera qui intègre désormais un bloqueurs de pub natif (pratique que devraient s’empresser de suivre les concurrents, d’ailleurs), c’est probablement ce qui m’a poussé à ressortir de sous la poussière ce bon vieux Firefox installé sur mon poste depuis des lustres, et quasiment jamais utilisé.

J’ai tenu à voir, après plusieurs années d’inutilisation, si le célèbre navigateur de la fondation Mozzarella Mozilla, qui a connu ses temps de gloire au début des années 2000, délaissé progressivement en faveur de Chrome depuis pour sa lourdeur exaspérante, est revenu dans la course.

J’ai donc mis à jour Firefox, viré toutes les extensions inutiles pour ne laisser que l’essentiel (soyons clairs tout de suite: AdBlock 🙂 ), importé mes favoris depuis Chrome et commencé à surfer.

A plusieurs reprises, je me confronte à ça:


Euh, je ne veux pas me faire passer pour un irascible, mais on est en 2016. Et là on parle d’un plugin qui est mort officiellement il y a un an (officieusement il y en a au moins 2).
Plus maintenu par son éditeur Adobe, Flash n’est plus censé être utilisé par aucun navigateur en 2016. Et surtout pas un navigateur réputé de la trempe de Firefox…

Bref, je fais des concessions, j’installe le plugin flash, en faisant fi des nombreuses failles de sécurité qu’il embarque. Quand bien même j’arrive à lancer des vidéos, elles sont très lentes et hyper saccadées ! Je dis bien quand j’y arrive, car une fois sur deux je suis bloqué par une erreur:

Je vous laisse par ailleurs admirer la lenteur de ce navigateur (chargement interminable de vignettes), sans compter la lourdeur (ralentissement du PC) que je ne peux illustrer:


Pour conclure, le seul test que Firefox ait réussi pour s’aligner avec l’incontesté Chrome, est le blocage de publicités avec AdBlock. Mais là j’ai envie de dire encore heureux…
Bref, la conclusion est sans appel: la gloire qu’a connue Firefox est vraiment derrière lui. Je conseille vivement donc à tous de mettre à la poubelle cette bouse infâme et de passer illico à un navigateur plus moderne comme Chrome.

Note: 0/5

Avantages
Inconvénients
+ Sur Chrome ? Rien… peut-être le large panel d’extensions, mais je m’en fiche… – La lourdeur (impact performances PC)
– La lenteur de navigation exaspérante
– L’obligation de passer par Flash pour regarder de nombreuses vidéos (qui ne fonctionne pas)
– Les vidéos saccadées

Configuration:
– Windows 7
– Core 2 Quad Q8200
– 8 Go de RAM
– SSD Crucial
– Connexion Internet Orange fibre optique 500 Mbps (130+ Mbps down sur Speedtest)

Cet article est paru en premier sur Chartouni.fr