Enième enfumage de la RATP : la promesse non tenue du dédommagement Navigo

J’ai souvent pesté sur mon blog et dans mon quotidien contre l’incompétence profonde de la société aux couleurs pistache de transports en commun parisiens ; et pour cause, l’entreprise s’est toujours moquée du confort et des réclamations de ses clients, en tout cas des miennes (un exemple ici).

Dernier exemple en date ? Après la promesse de Valérie Pecresse, Présidente du Conseil Régional d’Ile-De-France, de rembourser aux parigos leur abonnement Navigo de décembre 2018 à cause des impacts majeurs de la grève, la RATP a mis en place un site Internet, https://www.mondedommagementnavigo.com/, dédié à cette demande.

Après des débuts difficiles, essentiellement dûs à une ruée de demandes, le site accueille désormais plus d’un million de requêtes.

Ayant souscrit un abonnement mensuel en décembre 2019, je tente ma chance. Sans surprise, le verdict est sans appel :

Or, sur le site web, il est précisément stipulé :

Emparé de frustration, je décide de gratifier le support du site d’un petit mail. Avec une réponse immédiate :

 

"Nous vous informons que conformément à ce qui est indiqué dans la Foire aux questions (FAQ) accessible sur le site www.mondedommagementnavigo.com, cette adresse mail n’est pas active actuellement, votre message ne sera donc pas traité."

Ce que le mail aurait dû dire ? 

« Nous vous informons que conformément à ce qui est indiqué dans la Foire aux questions (FAQ) accessible sur le site www.mondedommagementnavigo.com, votre demande sera donc traitée à compter du 27 février 2020. Si votre demande est urgente, nous vous invitons à contacter le numéro dédié suivant, muni de votre numéro de pass, et du justificatif de paiement : 01 xx xx xx xx.« 

Alertées par moi, ainsi que par d’autres twittos, Valérie Pécresse et la RATP, elles, font la sourde oreille sur leurs comptes Twitter.

De quoi accuse-je la RATP ? Il ne s’agit évidemment que d’une interprétation personnelle, mais j’ai de fort soupçons que la RATP a volontairement et crapuleusement mis en ligne un système défaillant, avec un support en décalé, pour semer le parcours d’embûches aux réclamants, et optimiser les chances d’abandon et d’oubli de la part de ceux-ci.

A l’image de nos politiques, manque de transparence, d’honnêteté, et de simplicité sont hélas les tristes rituels de mise. Pauvre France…

Vous souhaitez poster un commentaire ?
Actuellement, une fois votre commentaire posté, un message d'erreur vous laisse penser que le commentaire n'est pas parti. Les commentaires s'enregistrent bien, mais je travaille à virer ce message. Il arrive également que certains commentaires nécessitent validation de ma part. Quoi qu'il en soit, pas besoin de poster en double. Merci de votre patience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *