La RATP : cette entreprise qui se fiche de ses clients (et qui doit tout bonnement cesser d’exister)

S’il existe une entreprise en France qui traite ses clients comme des sacs poubelles sans aucune once de scrupule, c’est bien la RATP.

La société de transports parisiens cumule en effet les nombreux désagréments : infrastructures inadaptées à la densité de la population, équipements vieillissants et tombant très régulièrement en panne, manque d’investissements, manque de confort, manque d’air conditionné, insalubrité, maintenance insuffisante, prix des billets qui flambent, associés à une absence de répression efficace des fraudeurs, procédures de gestion des « voyageurs malades » et autres « colis suspects » lentes et exaspérantes, support client inexistant (ils ne répondent jamais à leurs numéros hyper surtaxés et leurs agences ont des horaires et une affluence impossibles !), grèves 200 jours dans l’année, j’en passe et des meilleures.

Pourtant, j’ai tenu 5 ans avec mon blog sans jamais leur jeter la pierre… il fallait bien une occasion qui fasse déborder le vase, me direz-vous. Et bien, la voici.

Durant le mois d’août, tout le monde à Paris le sait, la RATP n’a aucune scrupule à faire fermer le RER A pendant la période estivale. Soi-disant pour améliorer la qualité des équipements, ce qui est imperceptible puisqu’à chaque fois, dès la rentrée, les problèmes sont les mêmes et toujours aussi nombreux.

Bien évidemment, aucune alternative n’est mise en place pour transporter cette masse de gens, ce serait trop facile. Il faut donc se débrouiller avec les métros et bus existants… qui seront bien évidemment pris d’assaut.

Sauf qu’un beau soir, alors que je rentrais d’un footing à Châtelet, le métro Ligne 1, seule alternative efficace au RER A pour regagner mon domicile, était victime de ce fameux incident qui a torturé des voyageurs jusqu’au profond malaise en plein épisode caniculaire.

Alors oui, je m’estime encore heureux de ne pas avoir fait partie de cette rame, quelle chance, me direz-vous !

En échange, les agents sur place m’ont nonchalament orienté sur les bus d’un revers de main… des bus pris d’assaut par les nombreux voyageurs dans le même pétrin. Et il n’en passait pas suffisament pour répondre à la sollicitation.

A chaque arrêt, le bus mettait des lustres à repartir. Plaqué contre la vitre, je commençais à suffoquer.

Bien mal élevés comme leur réputation le laisse entendre, certains jeunes du profil « Team Skull » comme je les appelle pour rester poli, mécontents de ne pas pouvoir entrer dans le bus, ont déclenché une bagarre, ce qui n’a pas facilité les choses.

Je suis rentré chez moi au bout de 2 heures, à bout de souffle et au bord de l’évanouissement à cause du malaise. De quoi intenter un bon procès à la RATP et récupérer quelques dizaines de milliers d’Euros (ah pardon, ça c’est plutôt aux USA).

Ni une ni deux, je les ratifie d’un bon petit recommandé fait maison pour me plaindre de la lamentabilité de leurs services :

RATP

Lettre à laquelle ils n’ont que le culot de répondre :

RATP 2

Bref, cette société dépasse amplement tout espoir de récupération. La solution ?

– Forcer les dirigeants de la RATP à démissioner, les juger, et les mettre en prison pour profonde incompétence menant à la maltraitance de la population
– Faire fermer la RATP
– Confier les transports parisiens à une entreprise privée de bonne réputation (de préférence étrangère), avec une réelle gestion, autant au niveau de l’infrastructure que du support clients

En ce qui me concerne, j’ai depuis résilié mon abonnement Navigo en novembre dernier par lettre recommandée. Demande que la RATP a sans surprise ignoré, et continue de me prélever.

A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai donc révoqué mon dernier prélèvement et suspendu l’autorisation de prélèvements de la RATP sur mon compte. Je les ai également gratifiés d’un courrier pour les informer de cette situation.

J’attends à présent qu’ils me recontactent pour la suite. A suivre…

Mise à jour du 16 mars 2019
La RATP vient de m’envoyer un courrier pour me dire que ma demande de résiliation, reçue par leurs services le 13 mars 2019 (sic!) a été prise en compte.

Elle prend effet (rétroactivement je suppose) au 30/11/2018. Pour le moment, pas d’infos concernant un éventuel remboursement des sommes perçues depuis.

A suivre…

Mise à jour du 6 avril 2019
Finalement j’ai été remboursé du mois de décembre (et du mois de février que la RATP n’a pas pu me prélever), le mois de janvier étant gratuit. Tout est bien qui finit bien.

Sosh, RED, Bouygues, Free Mobile : le comparatif des 4 opérateurs low-cost

Ayant été client d’Orange via un forfait Open Play Fibre depuis des années, j’ai pu jouir d’une qualité de ligne mobile absolument irréprochable.

Couverture impeccable, service client téléphonique compétent (ce qui est rare !), et catalogue hors forfait raisonnable, j’ai toujours plaidé qu’Orange était le meilleur opérateur mobile français. Seul reproche : le prix.

Voulant réduire ma facture, et devant la multiplication des offres des opérateurs « low cost », j’ai décidé de franchir le pas et de voir si je pouvais jouir de la même qualité de prestation chez un concurrent moins cher.

Voici donc le verdict, avec le comparatif de tous les opérateurs « low-cost », chez lesquels j’ai donc récemment fait un tour.

4e – RED (SFR)

Une couverture réseau médiocre, des débits à la traine et des saccades en communication, RED cumule les désagréments et couronne le tout avec une expérience de facturation désastreuse : habitué au confort de ma ligne d’Orange, qui permet en général d’appeler l’Europe sans trop de mauvaises surprises, j’ai eu le malheur de passer un appel d’un quart d’heure au Luxembourg (non seulement un pays d’Europe, mais en plus un pays pratiquement considéré comme faisant partie de la France !), ce qui m’a valu un hors forfait de… 20 €.

Le service client téléphonique est inexistant, renvoyant vers le site de RED, tellement difficile à surfer pour trouver le forum adéquat, qui en plus s’est avéré désert.

Quant au service client sur Twitter, il m’a tout simplement envoyé balader. Même pour 9,90 € / mois, c’est trop !

Note: 1/5

Avantages
Inconvénients
+ L’offre à vie – La couverture
– Les débits
– Les saccades en communication
– Le hors forfait abusif
– Le service client aux abonnés absents

3e – Bouygues Telecom

J’ai portabilisé ma ligne chez Bouygues en septembre / octobre 2018, pour bénéficier d’une promo à 9,90 €.

Malgré une couverture tout à fait acceptable, Bouygues jouit surtout de problèmes techniques rédhibitoires, avec une des fonctions les plus basiques : les appels.

En effet, pendant des semaines, la moitié de mes correspondants ne réussissaient pas à me joindre car « mon numéro n’était pas attribué ».

J’ai donc contacté le service client à deux reprises : la première fois, on m’a raccroché au nez en pleine conversation, au bout d’une demie-heure d’attente pour avoir un conseiller.

La seconde, on m’a certifié « qu’il n’y avait plus aucun problème », mais le problème persistait.

Après de longues recherches et interrogations de forumeurs sur Internet, il s’avère que ce problème est fréquent chez Bouygues, et dû à une mauvaise portabilité, mais, selon ces forumeurs, « il finit par se résoudre tout seul au bout d’un mois. ».

J’ai envie de dire « encore heureux », mais ayant besoin d’être joignable à cette époque, je n’ai pas pu patienter davantage ; en effet, ce qui m’a surtout découragé, c’est l’incompétence et les manières du service client.

Note: 2/5

Avantages
Inconvénients
+ Les débits et la couverture corrects
+ L’offre à vie
+ La présence d’un service client téléphonique
– Les problèmes de portabilité
– Le service client incompétent

2nd – Free Mobile

Dernier arrivé et trublion du marché de la téléphonie mobile française, l’opérateur de Xavier Niel frôle le sans faute ; avec un package data généreux (100 Go), des réductions aux abonnées Freebox, et surtout des destinations et tarifs de roaming imbattables, surtout hors zone Europe, Free Mobile a vraiment tout pour être en tête de ce classement.

Ou presque… il pêche hélas par une couverture data très capricieuse, y compris dans des grandes villes comme Paris, et surtout une couverture 4G+, selon mes itinéraires et tests, pratiquement inexistante.

Et bien que, selon mes tests, il semble être le seul opérateur que je connaisse à couvrir convenablement les terminaux de l’aéroport Charles De Gaulle, ce n’est clairement pas suffisant.

Dernier problème : au bout d’un certain temps en communication, la qualité de la voix se dégrade d’un seul coup (friture importante sur la ligne).

On est alors obligé de raccrocher et rappeler le correspondant pour résoudre le problème. Pas très grave, mais pour le moins frustrant.

Note: 4/5

Avantages
Inconvénients
+ La présence d’un service client téléphonique
+ Le catalogue attrayant
+ Les nombreuses destinations hors Europe couvertes par le roaming et le fait que cette liste s’allonge fréquemment
– La couverture data très capricieuse
– La voix qui se dégrade d’un seul coup lorsque la communication est longue

1er – Sosh

Sosh a toujours eu mes faveurs en termes d’opérateur mobile. Et pour cause : un package Data plus confortable que la concurrence (50 Go contre en général 20 ou 30), une brochure tarifaire qui a le mérite d’être plus claire, et des tarifs hors forfait un peu plus raisonnables quand il s’agit de l’Europe.

Par dessus ces avantages, c’est le seul opérateur à offrir une couverture réseau irréprochable présente même dans les transports en commun comme le RER A, mais souffrant d’une absence à l’aéroport Charles De Gaulle.

Seul regret : en tant que client Sosh, il est impossible de jouir des services de l’excellente hotline téléphonique d’Orange, ce qui n’est pas forcément justifié au vu du tarif supérieur à la concurrence.

Malgré cela, je concède que les 25 € / mois demandés sont amplement mérités.

Note: 5/5

Avantages
Inconvénients
+ La couverture et les débits intalonnables
+ Le catalogue de hors forfait raisonnable en zone UE
– L’absence de service client téléphonique au vu du prix supérieur à la concurrence

Hors Classement – Prixtel

J’ai également profité de mon itinérance inter-opérateurs pour essayer Prixtel, qui proposait une offre à 9,90 € / mois pendant 6 mois.

L’avantage, c’est qu’on est libre de choisir entre le réseau SFR ou Orange pour sa ligne, ce qui avantage chacun en fonction de son lieu de résidence et les lieux qu’il visite habituellement. Excellente initiative.

Dans la pratique, si Prixtel offre exactement la même qualité de service niveau couverture que Sosh, puisqu’il s’agit du même réseau, ainsi qu’une interface web sobre et claire, il pêche surtout par un catalogue hors forfait absolument épouvantable ; ici, les prestations hors territoire français se comptent souvent en Euros, et non en centimes.

Il n’en a pas fallu plus pour m’effrayer et me faire partir…

Avantages
Inconvénients
+ Le choix du réseau
+ La qualité de service équivalent à celle de Sosh avec un réseau Orange
+ La sobriété de l’espace client
– Le catalogue hors forfait rédhibitoire
– La limite de 6 mois à l’offre à 9,90 € / mois

Conseil : Ne cherchez pas à bénéficier d’une offre de reprise avec un téléphone Android rooté

Ne cherchez pas à bénéficier d’une offre de reprise avec un téléphone Android rooté.

Une mise en garde qui suit cette longue mésaventure Samsung / Evollis.

Soi-disant, d’après Samsung / Evollis, « les téléphones rootés n’ont aucune valeur sur le marché. Or, les téléphones repris sont censés être destinés à la revente. »

Je rappelle qu’un téléphone Samsung rooté fonctionne exactement comme un téléphone non rooté, avec Knox et Samsung Pay, deux features que personne n’utilise, en moins.

Un consommateur averti en vaut deux. Si vous vous posiez la question, voici donc la réponse sur un plateau.