Test du casque Bluetooth JBL Everest 300

Mise à jour du 11 octobre 2017

Il m’a paru utile de signaler que les problèmes de commandes Back/Forward semblent fonctionner beaucoup mieux avec un iPhone SE que sur le Samsung Galaxy S7.

Par ailleurs, la portée est un tout petit peu meilleure avec l’iPhone.

Malgré ces nouveaux éléments, la note finale du casque reste inchangée.




J’ai acheté ce casque en remplacement de mon Plantronics BackBeat, tombé en rade au bout de 2 ans de bons et loyaux services.

Ce JBL Everest 300 a un design magnifique, et est confortable sur les oreilles.

La qualité de son pour un non-mélomane comme moi est très bonne avec Deezer et pour les podcasts radio. Le son est bien équilibré.

Cependant, pour ceux comme moi qui ont eu une tonne de casques bluetooth différents entre les griffes, les boutons de celui-ci sont un peu déroutants.

A commencer par le bouton en bas à droite à l’arrière de l’oreille droite ; sur de nombreux modèles concurrents, ce bouton correspond au Volume Down.

Sur ce casque, il s’agit d’une fonctionnalité pour l’appairer à un autre casque bluetooth pour partager l’audio.

Une fonctionnalité toute aussi déroutante qu’inutile, de mon point de vue. En effet, à chaque fois que je veux baisser le volume, j’ai tendance à appuyer dessus et à la déclencher.

En résultat, un message vocal avertit que la fonctionnalité a été déclenchée et que la recherche de casque est lancée. Il est impossible de l’interrompre sans éteindre et rallumer le casque, si on veut continuer à écouter de la musique. Très agaçant, et il n’est pas possible de désactiver le bouton.

Les contrôles de volume, eux sont placés sur l’oreille de gauche.

Ce qui aurait été pratique, c’est que les boutons de droite soient consacrés à la navigation des morceaux (Forward/Back) dans les playlists.

Mais celui du haut correspond à l’allumage du casque et celui du bas à la fonction inutile sus-citée.

La navigation de playlist, elle, se fait par le bouton central de l’oreille gauche : 2 tapes pour du Back et 3 tapes pour du Forward.

En pratique, cela ne fonctionne pratiquement jamais : les commandes sont la moitié du temps ignorées, et quand ça fonctionne, les deux sont pris en compte comme du Forward…

L’autonomie est correcte : une douzaine d’heures selon mes mesures (souvent peu précises, pour être honnête).

L’appairage est aisé et a peu de couacs : la reconnexion à deux appareils est automatique lorsqu’on rallume le casque, et il est rare que ça bogue. Un bon point !

Quant à la portée, elle est aussi mauvaise que celle de tous ses concurrents que j’ai eus entre les mains : à 5 mètres sans murs, ça crachotte. A 7 mètres, on n’entend plus rien !

Dernier désagrément : l’extinction automatique du casque au bout de quelques minutes de pause. Les autres apprécieront, moi je n’aime pas.

Bref, au final un casque confortable, assez autonome, et à la bonne écoute, mais qui pêche par une portée merdique, et surtout une disposition de commandes sur le casque absolument exécrables !

Note: Il est recommandé par certains forumeurs de mettre à jour le firmware de ce casque en cas de problèmes d’appairage. Un logiciel Windows est fourni pour ce faire et mettre à jour le casque en USB (mais à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas réussi à retrouver cet outil…).

Testé avec un Samsung Galaxy S7 et un iPad Air 2.

 
Note: 4/5

Avantages
Inconvénients
+ La bonne qualité sonore
+ Le design
+ Le confort
+ L’autonomie supérieure aux concurrents
– L’exécrabilité des commandes sur le casque
– La portée merdique
– L’extinction automatique du casque un moment en pause
– L’entrée jack qui est en fait au format mini-jack

 

Baladeur MP3 pour piscine ELEGIANT : le naufrage !



~27€

Après le test du baladeur MP3 aquatique de Sony, le NWZ-273, qui a peiné à convaincre, et rendu l’âme au bout de 3 ans de bons et loyaux services (batterie qui ne se recharge plus et déconnexions aléatoires du PC), j’ai décidé de craquer pour ce baladeur aquatique premier prix de marque ELEGIANT, trouvable pour 27€ sur Amazon.fr.

On est bien loin des 65€ (désormais 80 !) du baladeur de Sony, donc je ne m’attendais pas à un résultat spectaculaire. Néanmoins, les 10 bons avis sur ce baladeur rédigés sur Amazon me l’ont quand même bien vendu.



A l’aspect assez exotique, ce baladeur se fixe en fait sur la nuque. Les oreillettes sont reliées au bracelet central par deux fils, heureusement d’une longueur confortable pour les mouvements de tête.

Pour le recharger, le module central (en bas à droite de la photo ci-dessus) se clipse à l’ordinateur en USB. Pour ma part, je n’ai pas réussi à le connecter sans passer par l’adaptateur intermédiaire, en bas dans la photo.

Premières mauvaises surprises : pas toujours reconnu par l’ordinateur (il m’a fallu plusieurs tentatives), un temps d’écriture exaspérant (près d’une heure pour remplir les 4 Go), et… il ne lit pas les morceaux répartis dans des sous dossiers. Il faut donc tout mélanger à la racine de la « clé ».

Ce qui est dommage, c’est que le Sony, lui, le faisait, et cela permettait de créer des « pseudo » playlists et de bien ranger ses morceaux.

Bref, une fois mes morceaux embarqués, je me suis résolu à l’essayer. Et c’est là que la déception ne s’est pas faite attendre.

Les embouts de ses oreillettes en forme de tours chinoises tiennent assez mal dans les oreilles : elles lâchent quasiment toutes les 5 minutes et à n’importe quel élan de vitesse !

J’ai donc essayé de les remplacer par les embouts de mon ex-baladeur Sony, plus classiques, mais c’est encore pire : ils glissent immédiatement des oreilles. Impossible de les y maintenir !

Seul avantage que présente ce baladeur sur le Sony : lorsque l’eau rentre dans les oreilles, la coupure de son est brève, puis reprend. Alors que lorsque ça arrivait avec le Sony, il était impossible de rétablir le son sans laisser le baladeur sécher complètement pendant plusieurs heures. Bien joué, ELEGIANT !

Mais il n’empêche qu’en l’état, ce baladeur est complètement inutilisable en milieu aquatique. Il aurait peut-être fait un bon baladeur d’appoint pour le running, si sa qualité de son avait été acceptable (son beaucoup trop métallique).

Dernier point pénalisant, qui n’est pas des moindres : j’ai appris à le mettre en regardant le mannequin sur la photo de la boite, qui le portait autour de la nuque. Or, dans la notice, il est demandé de mettre l’arceau sur la tête comme un bandeau, ce qui est impossible vu l’envergure de l’arceau. On ne peut que le casser en faisant cela ! Impressionnant ; cela ne redore pas l’image de ce baladeur qui lui nuit déjà bien.

En ce qui me concerne, je pense qu’à l’instar de tout objet high-tech de sous fabrication chinoise, il ne vaut même pas ses 27€. Et après qu’il ait lâché un des embouts de mon Sony que je n’ai jamais réussi à retrouver, j’ai failli l’abandonner au bord de la piscine…

Note: 0/5

Avantages
Inconvénients
+ Le design
+ La présence d’un tuner FM (non testé)
+ Le rétablissement du son lors des infiltrations d’eau dans les oreilles
– L’inutilisabilité en milieu aquatique
– La non lecture des sous dossiers
– L’absence de mode aléatoire
– Les mauvais conseils de la notice
– La lenteur d’écriture sur le module USB

Source des images sur Amazon.fr


Cet article est paru en premier sur Chartouni.fr

Google Nexus 6 : tellement grand qu’il (se) déboite !

Comme tout geek qui se respecte, j’ai craqué pour un deal sur le nouveau smartphone flagship de Google, le Nexus 6, à retirer en magasin à perpète Aulnay chez Darty.

Actuellement possesseur d’un Nexus 5 dont je suis exceptionnellement satisfait, j’ai tout de même souhaité franchir le pas pour un modèle quasi-équivalent, mais avec un appareil photo qui marche (vu les problèmes trop importants de mise au point et la qualité exécrable des photos en basse luminosité).

Il faut l’avouer, le Nexus 6 est une belle bête, jugez par vous-même (à côté de mon Nexus 5 actuel) :

Quelle ne fût ma surprise au déballage de m’apercevoir que la coque arrière est à moitié arrachée de son socle

D’après les commentaires des dealers, le problème serait connu (merci à Toupourmagueule du site Dealabs pour l’info) : http://www.ubergizmo.com/2015/01/users-reporting-nexus-6-battery-cover-separating-from-phone/

Ni une ni deux, je retourne de ce pas chez Darty pour me le faire échanger. Les deux magasins (La Défense et Aulnay) me prétextent une « exclusivité Internet » pour me refuser l’échange, et ne me proposent qu’un remboursement, ce que je trouve dommage, car le prix en magasin est de loin plus élevé (520€ contre 394) et en rupture de stock partout.

Évidemment, j’ai refusé. Je vais toutefois me rapprocher à nouveau de Darty pour voir si je peux le renvoyer au constructeur pour réparation. A défaut, j’accepterai le remboursement. Car l’autre prétexte, c’est qu’il est… trop grand !

Et vous, avez-vous déjà connu une mésaventure similaire au déballage de votre nouveau bijou ? 🙂